Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Salafiyyah, c'est l'Islam Authentique

L'Islam authentique est fondé sur le Coran et la Sounnah selon la Compréhension des Pieux Prédécesseurs

Publié par Abou 'Othman sur
Publié dans : #Histoire, #Iraq, #Shiite, #Guerre, #Califat, #Etats-Unis, #Iran
La chute de Baghdad en 656 et la trahison d'Ibn al-'Alqami, le rafidi

Au Nom d'Allah. Qu'Allah couvre d'éloges et salue notre Prophète Mohammed, sa Famille, ses Compagnons et tous ceux qui emprunteront sa Voie jusqu'au Jour de la Rétribution.

اقرؤوا التاريخ إذ فيه العبر *** ضل قوم ليس يدرون الخبر

Les Omeyyades (al-Omawiyyah) sont la première dynastie de dirigeants musulmans succédant à l'époque bénite des Califes Orthodoxes. Ayant pris pour capitale Damas, cette dynastie perdure de l'an 41 à l'an 132 de l'Hégire.

Par la suite, les Abbassides (al-'Abbasiyyah) leur succèdent et deviennent les nouveaux dirigeants du monde musulman. Ils déplacent leur capitale et s'installent à Baghdad. Ils y resteront durant près de six siècles où plus de trente califes s'enchaîneront à la tête de l'Empire. A ce sujet, les historiens ont dit : « Par la cause d'un seul homme, aussi fourbe que mauvais, les Abbassides ont perdu le pouvoir ! ». Il s'agit du shiite duodécimain (rafidi) Ibn al-'Alqami (ابن العلقمي).

Adh-Dhahabi nous le présente dans as-Siyar : « Le grand vizir, Moueyd ad-Din Mohammed Ibn Mohammed Ibn 'Ali Ibn Abi Talib Ibn al-'Alqami, l'habitant de Baghdad, le shiite duodécimain, il fut le vizir du calife al-Mousta'sim. »

Ibn Kathir nous précise dans al-Bidayah wa an-Nihayah : « Il fut le vizir du calife al-Mousta'sim à Baghdad, son servant durant le califat de son prédécesseur al-Moustansir, étant son précepteur une longue période. Plus tard il devint donc le vizir du nouveau calife. C'était un vil rafidi [...]. Il était en vue comme personne en tant que vizir. Par la suite, il se détourna de l'Islam et ses adeptes pour s'allier au mécréant Houlagou Khan (هولاكو خان), jusqu'au point d'en arriver à causer du tort aux musulmans comme nous l'avons mentionné. »

Enseignant à l'Université Islamique de Riyad, Sheykh 'Abd Allah Ibn Mohammed Zouqeyl nous apprend : « Ibn al-'Alqami était le vizir du calife abbasside al-Mousta'sim, le calife était sunnite, tout comme son père et grand-père. Toutefois, il faisait preuve de naïveté et d'imprudence, aussi le vizir rafidi planifiait-il secrètement la fin du califat, la perte des adeptes de la Sounnah et la mise en place d'un état shiite. »

Ibn Kathir dit : « Ibn al-'Alqami s'affairait à rapetisser le nombre de soldats dans l'armée. Le nombre de soldats est ainsi passé de près de 100 000 au temps du prédécesseur du calife (al-Moustansir), il ne cessa de tout faire pour le diminuer, jusqu'à arriver à environ 10 000 au temps d'al-Mousta'sim. »

Al-Hafidh poursuit : « Il se mit alors à correspondre avec les Tatars (les Mongols), les incitant à se saisir du califat, leur exposant les faiblesses de celui-ci, fournissant des informations sur sa situation et leur révélant l'insuffisance de l'armée. »

Qoutb ad-Din al-Younani indiqua qu'il envoya comme messager aux Tatars son frère et son fils. A Baghdad, ils bénéficièrent de l'aide et de l'appui du célèbre savant shiite Nasir ad-Din at-Tousi (m. 672 H.) [1] qui était chargé de convaincre les Tatars de s'attaquer aux Abbassides.

Ibn Kathir nous spécifie l'objectif poursuivi par Ibn al-'Alqami qui était : « De faire totalement disparaître la Sounnah et laisser place à la secte innovée des Rawafid, condamner les mosquées et écoles [sunnites] et bâtir à leur place des écoles pour les Rawafid afin de répandre leur école de pensée ; et Allah ne lui a pas décrété ces choses, au contraire il mourut quelques mois après cet événement ainsi que son père. »

En 656 H. (1258 G.), Houlagou Khan s'empare de la capitale du califat Baghdad.

Ibn Kathir dit : « Ils s’emparèrent alors du territoire, tuant tout ce qu'ils rencontraient parmi les hommes, femmes, enfants, vieillards, adultes, jeunes et personne ne fut épargné en dehors de ceux auxquels il est permis de résider en Terre d'Islam (Ahl adh-Dhimmah) parmi les Juifs et les Nazaréens, ceux qui se livrèrent à eux ou qui se trouvaient dans la demeure du vizir Ibn al-'Alqami le rafidi [...] Furent tués les prêcheurs, les imams, ceux qui mémorisaient le Coran et les mosquées, assises, sermons du vendredi cessèrent plusieurs mois à Baghdad. »

Le savant et historien shiite al-Khawanisari (m. 1313 H.) expose ainsi son point de vue au sujet des agissements d'at-Tousi et des shiites : « Il fut la cause de l'extermination des Banou al-'Abbas, du massacre de leurs adeptes parmi les gens méprisables (at-tougham), jusqu'à ce que leur sang impur coule se répandant tel des fleuves, se déversant directement dans le Tigre (دجلة) jusqu'à l'Enfer, la demeure [pour eux] du châtiment. » (Rawdhat oul-Djanat, 6/300) [2]

L'historien yéménite al-Yafi'i (m. 768 H.) précise : « Ibn al-'Alqami trahit le calife, il lui fit croire que les Tatars étaient venus dans le but de signer un traité de paix avec lui, il l'incita à sortir les rencontrer avec ses fils, épouses et sa cour. Ils sortirent et les Tatars les décapitèrent tous. Ils tuèrent l'ensemble des membres de la cour jusqu'à ne laisser plus aucun membre parmi les gouvernants. » (Marat oul-Djanan)

Adh-Dhahabi dit : « Le calife fut tué ainsi que soixante-dix autres personnes de sa cour, les massacres eurent lieu durant trente-neuf jours dans Baghdad, le sang coula au point où les cours d'eau furent imprégnés de la couleur de ce dernier et c'est à Allah que nous appartenons et c'est à Lui que nous revenons, Ibn a-'Alqami vécut après cela trois mois avant de périr [...] Il vécut soixante-six ans. »

Et c'est ainsi que ce shiite, qui fut 14 années durant le vizir du calife, le trahit pour se lier au tyran mécréant Houlagou Khan, petit-fils du célèbre Gengis Khan.

C'est son propre petit-fils Mahmoud Houlagou Khan qui quelques décennies plus tard sera admonesté par l'érudit de Harran... un certain Ibn Taymiyyah.

Pour l'anecdote, en 2003 G., peu de temps avant la chute de Baghdad, Saddam Hussein -faisant référence aux shiites- déclarait : « De la même façon qu'Houlagou est entré dans Baghdad, Bush y est entré avec un Ibn al-'Alqami ! »

Et Allah est plus savant.

Rédigé le 29 Dhou al-Hijjah 1434 (correspondant au 3 novembre 2013) par le frère Nordine Bekaouassa.
.....................................................................................................................................................................................
[1]. De nombreux shiites se joignirent aux rangs des Tatars, trahissant les Musulmans, at-Tousi et Ibn al-'Alqami n'étant que les plus célèbres. At-Tousi était un shiite rafidi, scientifique connu, la fierté des shiites.

[2]. Tels sont les shiites ! Œuvrant à la perte des adeptes de la Sounnah. L'Iran shiite n'a t-elle pas soutenu l'invasion américaine de l'Iraq ? Les savants shiites n'ont-ils pas émis des fatawa interdisant de porter assistance aux sunnites durant ce conflit ? L'Iran n'a t-elle soutenu l'armée américaine lors de l'invasion de l'Afghanistan ? Aujourd'hui, le Hezbollat libanais (shiite) n'intervient-il pas aux côtés du régime nouseyrite contre les sunnites en Syrie ? N'attaquent-ils pas les familles de Dammaj au Yémen en ce moment même ? Et la liste est longue...

À propos

La Salafiyyah, c'est l'Islam Authentique

“Blog salafi traitant de sujets en lien avec la Religion, l'Histoire et les relations internationales.”

Rédigé par Abou 'Othman

Articles récents

Hébergé par Overblog

Tweets de @LaSalafiyyah
Tweets de @Tarikh_Islam_Fr