Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Salafiyyah, c'est l'Islam Authentique

L'Islam authentique est fondé sur le Coran et la Sounnah selon la Compréhension des Pieux Prédécesseurs

Publié par Abou 'Othman sur
Publié dans : #Science, #Technologie, #Médecine, #Astronomie, #Histoire, #Géographie, #Savant
Les sciences

La contribution des Musulmans à la médecine

La médecine contemporaine occidentale doit beaucoup à la médecine arabo-islamique

La médecine, les hôpitaux et le système d'entraide sous le Califat abbasside

L'anatomie de Mansour Ibn Ilyas (VIIIe siècle hégirien)

L'histoire d'Ibn an-Nafis (m. 687 H.) ou “Le coeur et ses secrets“

La contribution des Musulmans à l'astronomie

 

Les savants musulmans se sont particulièrement distingués dans le domaine de l'observation astronomique.

Que cela soit à des fins religieuses (détermination des heures de prière, de la direction de La Mecque, du début des mois lunaires...) ou pratiques (orientation en mer, détermination de la position d'un lieu...), ils ont bénéficié dans ce domaine d'un large savoir-faire et notamment d'outils de mesure uniques à cette époque.

En parallèle, la recherche théorique avance à grands pas, ce qui permet aux Musulmans de corriger les travaux astronomiques des Anciens et même de les améliorer et de les dépasser.

Description des éclipses solaires (en haut) et lunaires (en bas) par l'érudit Zakariyaa al-Qazwini, mort à Baghdad en 682 H. (1283 G.)

Description des éclipses solaires (en haut) et lunaires (en bas) par l'érudit Zakariyaa al-Qazwini, mort à Baghdad en 682 H. (1283 G.)

Description et explication du fonctionnement d'un astrolabe

Traité des étoiles fixes de 'Abd Ar-Rahman as-Soufi (IVe siècle hégirien)

La contribution des Musulmans aux mathématiques

Lire : Abou Nasr as-Samaw~al Ibn Yahya al-Maghribi

La contribution des Musulmans au progrès technologique

 

Documentaire "Ces machines venues d'Orient ", dans la série "Les grandes inventions de l'Antiquité".

De nos jours, l'histoire des savants du Monde Islamique est volontairement occultée.

L'opinion propagée par les élites occidentales selon laquelle le "Moyen-Âge" serait une période sombre de l'Histoire, pleine d'ignorance et que seule la "Renaissance" en Europe de l'Ouest aurait initié et apporté le progrès au monde est en partie motivée par la volonté de passer sous silence l'apport des savants musulmans dans les domaines scientifiques et technologiques à une époque reculée.

En réalité, les anciens textes scientifiques du Monde Islamique révèlent l'existence de machines extrêmement élaborées à une époque que l'on croyait rétrograde. L’ingénierie, la mécanique, l'hydraulique et la chimie des poudres sont autant de domaines dans lesquels les scientifiques musulmans excellèrent durant l'âge d'or de la civilisation islamique.

Ce documentaire présente quelques-unes des nombreuses inventions sur lesquelles les ingénieurs musulmans ont travaillé du IIIe au VIIIe siècle hégirien : machines hydrauliques, instruments destinés à l'astronomie, horlogerie, équipements et machines de guerre...

 

Dessins et description détaillée d'une arbalète, extraits d'un traité d’armurerie, rédigé par Mourda Ibn 'Ali at-Tarsousi pour le sultan Salah oud-Din al-Ayyoubi (dit Saladin), célèbre dirigeant du VIe siècle hégirien.

Le titre complet de l'oeuvre est « Explications des maîtres de l’esprit sur les manières de se mettre pendant les combats à l’abri des dommages et développements de l’instruction relative aux équipements et aux engins servant à affronter les ennemis »

On y trouve également des informations sur les sabres, l’archerie, les boucliers, les cuirasses et les armures, les masses d’armes et les engins de siège.

L'auteur est sans doute d'origine arménienne. Sa nisbah (at-Tarsousi) indique en effet qu'il est originaire de la ville de Tarse (Tarsous) en Cilicie (al-Qiliqiyah), région de l'Anatolie méridionale, dans le sud de la Turquie actuelle.

Les sciences
Les sciences

La contribution des Musulmans à l'exploration, à la navigation et à la cartographie

Trois grands navigateurs musulmans qui ont marqué l'Histoire

...

Les sciences

 

✒ Mansa Abou Bakr II, surnommé l'« Empereur-Explorateur »

Mansa Abou Bakr II est l'Empereur du Mali, qu'il dirige au début du VIIIe siècle hégirien (XIVe siècle grégorien). Désirant explorer les limites de l'Océan Atlantique, il envoie une première flotte composée de 200 navires vers l'Ouest, mais l'expédition est un échec.

En 711 H. (~1312 G.), il renonce au pouvoir et laisse les rênes du pays à son frère Mansa Mousa (ce dernier est resté célèbre dans l'Histoire pour sa richesse et son pèlerinage à La Mecque).

Mansa Abou Bakr II navigue lui-même vers l'Ouest, à la tête d'une importante flotte, traversant l'Océan Atlantique avec assez de vivres et de provisions pour tenir deux ans. Mais il ne revint jamais. A-t-il atteint l'autre rive ? Certains l'affirment. Et Allah sait mieux.

✒ Mahmoud Shams oud-Din (Tshengh Kheh / Zheng He)

Mahmoud Shams oud-Din est un eunuque chinois musulman, travaillant pour l'Empereur de la dynastie Ming alors au pouvoir en Chine au début du IXe siècle hégirien (XVe siècle grégorien). L'Empereur fait de lui l'amiral de la flotte impériale. Mahmoud Shams oud-Din organise alors de grandes expéditions d'exploration dans l'Océan Indien.

En 808 H. (1405 G.), il s'élance lui-même dans une expédition maritime durant laquelle il parcourt le monde en sept voyages. Il atteint ainsi l'Indonésie, l'Inde, l'Arabie et l'Afrique et ramène en Chine des denrées précieuses et des échantillons de la faune locale.

Ma Huan, un autre Chinois musulman, accompagne l'amiral dans plusieurs de ses voyages vers l'Ouest. C'est lui qui a rédigé le récit des expéditions de la flotte impériale, partageant ses observations sur la géographie, les lois, la politique, les conditions climatiques, l'environnement, l'économie, les coutumes locales... des contrées visitées.

Certains affirment que les expéditions de Mahmoud Shams oud-Din dépassèrent le Mozambique, contournèrent le cap de Bonne-Espérance et atteignirent même l'Amérique. Et Allah sait mieux.

Les sciences

Les voyages de l'amiral Chinois musulman Zheng He

Documentaire : "1421 : l'année où la Chine a découvert l'Amérique ?"

1421 : Les Odyssées Héroïques

Les Nouvelles Théories

✒ Ahmed Mouhi oud-Din Piri Reys

Ahmed Mouhi oud-Din Piri Reys est un amiral ottoman qui a vécu durant la seconde moitié du IXe siècle hégirien (XVe siècle grégorien) et la première moitié du Xe siècle hégirien (XVIe siècle grégorien). Il débute sa carrière comme corsaire pour le compte de l'Empire Ottoman. Il participe à plusieurs batailles navales contre les Nazaréens (Espagne, Gênes, Venise...). Il étudie ensuite la navigation et publie en 919 H. (1513 G.) son célèbre ouvrage de cartographie : le Livre de Navigation (Kitab al-Bahriyyah). Parmi les documents qu'il réalise, il y a une carte de l'Océan Atlantique et de ses rives, connue sous le nom de « carte de Piri Reys » à une époque où les rives d'Amérique du Sud n'étaient pas connues des Européens. Piri Reys retourne ensuite en mer, comme capitaine de la flotte ottomane puis en tant qu'amiral. Il participe à la conquête de l'Egypte, de l'île de Rhodes et à la libération d'Aden et de Mascate, villes occupées par les Portugais.

En 935 H. (1528 G.), Piri Reys réalise une seconde compilation de cartes de navigation, plus nombreuses cette fois.

 

La carte de Piri Reys

 

La carte de l'amiral Ahmed Mouhi oud-Din Piri Reys

La carte de Piri Reys est une ancienne carte découverte en 1348 H. (1929 G.) à Istanbul, dans le Palais de Topkapi. Elle est attribuée à l'amiral et cartographe ottoman Ahmed Mouhi oud-Din Piri Reys, qui l'aurait tracée en 919 H. (1513 G.).

Cette carte n'est en fait qu'un fragment d'une compilation de nombreuses cartes. L'amiral ottoman a en effet laissé plusieurs ouvrages de navigation et de cartographie dont le Livre de Navigation (Kitab al-Bahriyyah).

Dessinée sur une peau de gazelle, la carte de Piri Reys détaille les côtes de l'Europe de l'Ouest, les côtes occidentales de l'Afrique du Nord et les côtes orientales de l'Amérique du Sud, ainsi qu'une partie de l'Antarctique. Elle a été réalisée à une époque où les Occidentaux n'avaient pas encore connaissance de ces régions.

L'existence de cette carte remet en question bon nombre de prétentions occidentales relatives à la découverte et à l'exploration du Nouveau Monde ainsi qu'à l'état des connaissances de l'époque en matière de cartographie.

 

Ces trois navigateurs musulmans ont laissé dans l'histoire de la navigation et de l'exploration des traces indéniables. Avant d'autres, ils ont réalisé l'exploration de terres inconnues.

Ainsi, plusieurs explorateurs musulmans auraient pu atteindre l'Amérique bien avant Christophe Colomb. Ce dernier n'est donc pas « celui qui a découvert l'Amérique » ! Les explorateurs européens restés célèbres se sont pour beaucoup basés sur les cartes et les récits des explorations de leurs prédécesseurs et notamment des navigateurs musulmans.

De plus, il est à noter que les Musulmans qui organisaient ces expéditions le faisaient dans un esprit pacifique, afin de découvrir et de connaître les pays, les peuples, la faune et la flore de la Terre entière et dans un but commercial, afin d'échanger des marchandises et des richesses avec les peuples qu'ils rencontraient.

Quant à Christophe Colomb, Vasco de Gama, Hernán Cortés, Francisco Pizarro, James Cook et les autres qui les ont suivis, tous ont navigué avec l'épée à la main et un esprit de domination et ils n'ont apporté que la ruine, l'anéantissement et la destruction pour les peuples des pays où ils débarquaient !

A titre d'exemples, on peut citer le massacre commis en l'an 908 H. (1502 G.) en Inde par Vasco de Gama, qui fit brûler vifs quatre cents musulmans, des pèlerins revenant de La Mecque dont des femmes et des enfants, ainsi que le génocide des Amérindiens, perpétré par les envahisseurs européens en Amérique.

La mer Blanche Médiane dans la géographie arabe du IIIe au VIe siècle hégirien

La mer des Romains, appelée de nos jours mer Blanche Médiane (mer Méditerranée) a suscité très tôt dans l'Histoire du Monde Islamique un vif intérêt pour sa position stratégique, tant d'un point de vue militaire qu'économique.

Les chroniqueurs, les historiens, les géographes et les cartographes musulmans ont longuement étudié cette partie du monde.

Elle apparaît tout d'abord comme la mer des Romains, puisque lorsque les Musulmans sortirent de la Péninsule Arabique au Ier siècle hégirien, les Romains contrôlaient depuis Constantinople la plupart de ses rivages.

A l'époque de la division du Monde Islamique en plusieurs califats, elle devint l'objet d'une concurrence, par exemple entre le Califat Sunnite des Omeyyades de Cordoue en Andalousie et le Califat Shiite des Obeydides ("Fatimides") en Afrique du Nord.

L'histoire d'al-Idrisi (m. 560 H.) et du “Livre de Roger“

Géographie d'al-Idrisi (VIe siècle hégirien)

Le papier et la diffusion du savoir

Le secret de fabrication du papier et les conséquences de sa maîtrise dans la diffusion du savoir

L'économie

Les usages financiers à l'origine de la prospérité économique de Baghdad

Les énergies renouvelables

La centrale solaire Noor

Près de la ville de Ouarzazate au Maroc se trouve la plus grande centrale solaire du monde :Noor, « lumière » en arabe.

Ce projet de 6,5 milliards d'euros est supervisé par l'Agence Marocaine de l'Énergie Solaire (MASEN).

La centrale s'étend sur une superficie d'environ 3000 hectares.

Les travaux ont commencé en 1434 H. (2013 G.) et devraient s'achever en 1438 H. (2017 G.) in sha Allah.

Fruit de la coopération entre le Maroc et l'Arabie Saoudite, cette centrale solaire thermodynamique aura à terme une capacité électrique de 500 mégawatts.

La construction du complexe Noor s'inscrit dans le cadre du plan national des énergies renouvelables qui s'est fixé l'objectif de fournir plus de 40 % du courant électrique à partir de sources renouvelables à l'horizon 1441 de l'Hégire (2020 G.), afin de garantir l'indépendance énergétique du Royaume.

En plus du complexe de Ouarzazate, quatre autres centrales solaires sont actuellement en projet au Maroc.

Source : MASEN, 2M, Africa24 et TF1

À propos

La Salafiyyah, c'est l'Islam Authentique

“Blog salafi traitant de sujets en lien avec la Religion, l'Histoire et les relations internationales.”

Rédigé par Abou 'Othman

Articles récents

Hébergé par Overblog

Tweets de @LaSalafiyyah
Tweets de @Tarikh_Islam_Fr