Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Salafiyyah, c'est l'Islam Authentique

L'Islam authentique est fondé sur le Coran et la Sounnah selon la Compréhension des Pieux Prédécesseurs

Publié par Abou 'Othman sur
Publié dans : #Histoire, #Afghanistan, #Djihad, #Salafisme, #Appel, #Tawhid, #Savant, #Guerre, #Communisme, #URSS

Djamil Our-Rahman al-Afghani (m. 1412 H.) :

C'était un afghan, un pashtoune, un salafi, un moudjahid qui fut l'émir d'un groupe de combattants à partir de 1405 H. (1985 G.), pendant le Djihad contre les Soviétiques en Afghanistan. Il fut aidé et rejoint par de nombreux Arabes, venus entre autres d'Egypte et d'Arabie Saoudite et parmi lesquels le Sheykh Rabi' al-Madkhali (ici). Il put chasser les troupes communistes de la province de Kounar en Afghanistan (Est du pays), qui y massacraient les habitants (massacre de la ville de Kerala en Djoumada al-Awwal 1399 (avril 1979), plus de 1000 morts) et en prendre le contrôle. Mais il fut trahi par les "Frères Musulmans"  (Hizb-e-Islam et son chef Hekmatyar) qui l'ont combattu pour la possession de la région après le départ des Russes en 1408 H. (1988 G.).

Au milieu de l'année 1411 H. (début de l'année 1991 G.), Djamil Our-Rahman proclama la mise en place de l'émirat salafi de Kounar, fit appliquer la Shari'ah et fournit des efforts dans la prédication. Il lutta notamment contre les pratiques idolâtres comme celles relatives aux tombes (les drapeaux sur les tombes des martyrs, les contructions sur les tombes des "saints"...). Il disposait d'un Ministère de la Défense, d'un Ministère de l'Intérieur, d'un Ministère des Affaires Etrangères, d'un Ministère de la Justice,  d'un Ministère de l'Information, d'un Ministère des Finances et  d'un Ministère de l'Education.

Il avait ainsi mis sur pied un état islamique sur le Voie Prophétique, dont la méthodologie était basée sur celle des Gens du Hadith.

 

La province de Kounar et sa capitale, Asadabad. Sa superficie est de 4339 km² et elle compte près d'un demi-million d'habitants de nos jours

La province de Kounar et sa capitale, Asadabad. Sa superficie est de 4339 km² et elle compte près d'un demi-million d'habitants de nos jours

Conférence en arabe

Cours en pashtoune sur la 'Aqidah

Cours en pashtoune sur le Djihad

Des Moudjahidounes priant dans la vallée du Kounar (vers 1407 H.)

Des Moudjahidounes priant dans la vallée du Kounar (vers 1407 H.)

L'assassinat du Sheykh Djamil Our-Rahman :

Hekmatyar, proche des "Frères Musulmans", lança une offensive sur l'émirat salafi afin d'en prendre le contrôle. Le 5 Shawwal 1411 (20 avril 1991), un missile Scud frappa le quartier général des hommes de Djamil Our-Rahman, à Asadabad, la capitale de l'émirat, causant la mort de nombreux combattants. Les hommes d'Hekmatyar attaquèrent la capitale de l'émirat et y tuèrent de nombreux Moudjahidines.

Djamil Our-Rahman dût se replier au Pakistan voisin et où il fut lâchement assassiné, le 20 Safar 1412 (30 août 1991), par un homme d'origine égyptienne, un certain 'Abd Allah ar-Roumi, qui se suicida par la suite...

Abou 'Ouweys donna des détails sur le meurtre de Sheykh Djamil Our-Rahman, qu'Allah lui fasse miséricorde, qui fut l'un des pionniers du Djihad afghan, il avait véritablement commencé à purifier la région de Kounar de toutes les formes de polythéisme et d'innovation religieuse et fut capable d'instaurer un petit état islamique.

Abou 'Ouweys dit que le Sheykh Djamil Our-Rahman fut un savant dans le sens général du terme et fut capable de repousser les Soviétiques, à la tête d'hommes qui étaient sur la Voie du Tawhid, de la Sounnah et de la Méthodologie des Pieux Prédécesseurs, qui ne laissaient point traîner leurs vêtements en dessous des chevilles, qui portaient tous la barbe, selon la Sounnah, qui adoptaient la Croyance des Gens de la Sounnah, croyaient correctement en Allah, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Messagers, au Jour du Jugement Dernier, au Destin, qu'il soit bon ou mauvais, de même qu'au Tawhid dans la Seigneurie, au Tawhid dans l'Adoration et au Tawhid dans les Noms et Attributs d'Allah. Tous ses hommes étaient de véritables salafis.

Sheykh Djamil obtint avec succès la province de Kounar, une zone de taille non négligeable où ils purent vivre en tant que salafis. Il mit en place la Shari'ah et plaça des gardes autour du pays. Ils se levaient à l'aube, entendaient l'appel à la prière, marchaient jusqu'à la mosquée, priaient derrière le Sheykh Djamil Our-Rahman, apprenaient le Tawhid et la Sounnah, mangeaient de la nourriture licite, tout cela alors que la guerre continuait. Il mit en place des écoles, les femmes étaient prises en charge, des cliniques, des hôpitaux, il établit ce qu'ils appellent une "dawlah", un gouvernement, ce sur quoi les frères pleurent jusqu'à maintenant. Certains ont dit : « Oh, si tu avais vu Kounar, si tu avais senti Kounar... Ce fut une belle époque ! »

Tout cela durant la guerre contre les Russes Communistes, qui voulaient imposer le communisme aux Musulmans et prendre en échange le pétrole et l'opium. Sheykh Djamil enseigna aux Musulmans le Tawhid et la Croyance Salafie, tout en combattant contre les athées [communistes].

Un jour, un ikhwani [membre de la secte des "Frères Musulmans"], appartenant aux factions de l'ikhwani Goulbouddin Hekmatyar, visita le Sheykh Djamil. Quand cet ikhwani et ceux qui étaient avec lui entrèrent chez le Sheykh Djamil pour soi-disant apprendre le Coran, les gardes voulurent les fouiller à la recherche d'armes, mais le Sheykh Djamil dit à ses frères salafis de les laisser passer sans fouille - le Sheykh avait une règle de base de ne point fouiller les Arabes du fait du respect qu'il avait pour eux, puisque les Arabes soutenaient l'Islam depuis le début...

Ils purent entrer et s'assirent avec le Sheykh Djamil, qui leur offrit nourriture et boisson et fut bien accueillant avec eux et leur enseigna la Parole d'Allah. Ensuite, quand les ikhwanis se levèrent pour partir, l'un d'entre eux sortit un revolver et tira sur le Sheykh trois fois dans la tête.

Après quoi, les ikhwanis [dans la région] s'allièrent aux soufis, aux batinis et aux vendeurs de drogues et ravagèrent Kounar, tuant tout salafi qu'ils pouvaient trouver.

Ils ont lu le Coran avec lui, puis ils lui ont tiré dans la tête ! Les "Frères Musulmans" : voici leur voie ! Ils ont tiré à trois reprises en direction de sa tête. Ils ont pris sa vie ! Une vie pleine de Tawhid, pleine de Sounnah, pleine de Salafiyyah ! Il n'a jamais combattu personne sauf le mécréant. Il n'a jamais tué personne sauf le mécréant. Il n'a jamais pointé son arme en direction de quiconque si ce n'est en direction du mécréant. Il avait tant de respect pour les Arabes, qu'il les laissait aller et venir sans être fouillés.

Ils lui ont tiré dans la tête. Parce que le Sheykh était fou ? Non, plutôt il [le meurtrier] était fou, car [Allah dit dans la traduction approximative du sens ] :

{...Cependant, l’heureuse fin appartient aux pieux} [Sourate 28 al-Qasas/Le Récit - Verset 83].

Notre Sheykh est mort dans le Sentier d'Allah. En établissant ce qu'il pouvait presque voir clairement, le rêve était pratiquement à sa portée, l'établissement d'une dawlah en Afghanistan, basée sur le Coran, la Sounnah et la Voie des Pieux Prédécesseurs.

Qui tira la corde en dessous de lui [expression signifiant la trahison] ? Non, ce ne furent point les Russes. Non, ce ne furent point, du moins directement, les Américains. Non, ce furent les "Frères Musulmans", car ils voulaient le "bien" pour nous... [c'est évidemment ironique, le frère Abou 'Ouweys réfute ici la fausse prétention des "Frères Musulmans" qui affirment agir pour le bien de la Oummah islamique, afin de l'unir...] [1]

Hekmatyar, l'ikhwani, fut à son tour combattu par les Talibans. Il s'enfuit en Iran, quand les Talibans défirent son groupe en 1417 H. (1996 G.). D'ailleurs, ce groupe de "Frères Musulmans" s'était auparavant allié à un groupe armé hazara, des shiites d'Afghanistan... Par la suite, Hekmatyar quitta l'Iran en 1423 H. (2002 G.) pour rejoindre... al-Qa'idah !


Qu'Allah fasse miséricorde au Sheykh Djamil Our-Rahman al-Afghani et qu'Il le compte parmi les martyrs, tombés sur Son Sentier.

Poème sur l'assassinat du Sheykh Djamil Our-Rahman al-Afghani, qu'Allah lui fasse miséricorde

Poème sur l'assassinat du Sheykh Djamil Our-Rahman al-Afghani, qu'Allah lui fasse miséricorde

Poème sur l'assassinat du Sheykh Djamil Our-Rahman al-Afghani, qu'Allah lui fasse miséricorde

21 Safar 1412 (31 août 1991) au Pakistan : une foule vient visiter la dépouille du Moudjahid, le Sheykh Djamil Our-Rahman al-Afghani, émir salafi de Kounar en Afghanistan, assassiné la veille. Qu'Allah lui fasse miséricorde et qu'Il le compte parmi les martyrs, tombés sur Son Sentier.

La province du Kounar de nos jours :

Sheykh Djamil Our-Rahman al-Afghani
Asadabad, capitale du Kounar

Asadabad, capitale du Kounar

Dans les rues d'Asadabad, capitale du Kounar

Dans les rues d'Asadabad, capitale du Kounar

District de Watapour

District de Watapour

Village de Moulkanah, district de Watapour

Village de Moulkanah, district de Watapour

Images de la maktabah du Sheykh Djamil Our-Rahman, qu'Allah lui fasse miséricorde
Images de la maktabah du Sheykh Djamil Our-Rahman, qu'Allah lui fasse miséricorde

Images de la maktabah du Sheykh Djamil Our-Rahman, qu'Allah lui fasse miséricorde

À propos

La Salafiyyah, c'est l'Islam Authentique

“Blog salafi traitant de sujets en lien avec la Religion, l'Histoire et les relations internationales.”

Rédigé par Abou 'Othman

Articles récents

Hébergé par Overblog

Tweets de @LaSalafiyyah
Tweets de @Tarikh_Islam_Fr