Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Salafiyyah, c'est l'Islam Authentique

L'Islam authentique est fondé sur le Coran et la Sounnah selon la Compréhension des Pieux Prédécesseurs

Publié par Abou 'Othman sur
Publié dans : #Attentat, #Exagération, #Révolution, #Takfiri, #Trouble, #Takfir, #Otage, #Djihad, #Guerre, #Kharidji
Le Djihad
Le Djihad

Préparation des forces​

Les règles du Djihad
 

Djihad légal vs djihad hérétique

Le Djihad et le meutre des innocents
 

 

Discussion avec le Sheykh al-Albani - qu'Allah lui fasse miséricorde - sur le Djihad :


Individu :

Nous n'avons aucun doute que vous êtes un des premiers savants dans ce siècle à appeler au retour à la compréhension des Salaf. Il n'y a aucun doute que la question du djihad est un sujet de désaccord parmi ceux qui suivent le Minhadj des Salaf Salih. Sur le sujet du djihad, nous appelons les gens à combattre au djihad sous deux conditions :

- la première est qu'il doit être accomplit avec une intention pure pour l'amour d'Allah.

- la seconde est qu'il doit être accomplit sous la bannière de l'Islam.

Cependant, nous entendons de la jeunesse musulmane fervente d'autres conditions qu'ils rapportent de vous que nous n'avons jamais entendu dans les ahadith (pluriel de hadith), de telles conditions sont la connaissance islamique (ou éducation et purification : at-tasfiyyah wa at-tarbiyyah) et avoir un Califat (al-Khilafah) ou un état islamique.

Ces conditions, nous les entendons beaucoup parmi les frères qui suivent le Minhaj as-Salafi et je suis parmi ceux qui suivent le Minhadj in sha Allah.

Ma question est : est-ce que ces conditions ont une référence dans la Sounnah ? Ou bien sont-elles seulement un ijtihad en tenant compte de la situation et/ou les conditions actuelles ? Et avant cela, appelez -vous vraiment à ces conditions ?

Sheykh al-Albani :

Tout d'abord, nous avons accepté de discuter sur ce sujet avec vous pour découvrir le vrai caractère de vous da'wah (prédication).

Individu :

Je vous en ai parlé.

Sheykh al-Albani :

Alors explique ta da'wah. Tes questions sont prématurées, maintenant, je veux comprendre quel est le but de ta da'wah.

Individu :

Ma da'wah est claire : accomplir le djihad selon les conditions que j'ai citées.

L'intention, car le Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - a dit :

« Celui qui combat pour que la Parole d'Allah soit la plus haute est sur le Sentier d'Allah. »

Sous la bannière de l'Islam, car le Prophète Paix et bénédiction d'Allah sur lui - a dit :

« Celui qui combat pour le compte de la 'asabiyyah (tribalisme, nationalisme...) soutenant un groupe ou combattant un autre et meurt, sa mort sera (telle) une mort de l'époque du paganisme (al-djahiliyyah). »

Sheykh al-Albani :

D'accord. Avons-nous besoin d'un émir (chef) pour faire le djihad ?

Individu :
Non.

Sheykh al-Albani :

Donc, nous faisons le djihad dans une grande pagaille désorganisée ?

Individu :

Non, mais...

Sheykh al-Albani :

Aussi, votre première condition qui est l'intention pure. Cette condition concerne toutes les adorations donc, nous avons fini avec celle là. Votre seconde, sous la bannière islamique, est-ce que tu imagines un djihad sans émir ? Comment pouvons-nous avoir une bannière islamique sans émir pour cette bannière ?

Individu :

Nous pouvons faire le djihad de cette manière, comme si un musulman va chez un chef ennemi mécréant (kafir) et le tue.

Sheykh al-Albani :

Mais nous parlions du djihad d'un groupe. Le djihad sous une bannière islamique est-il le djihad d'une personne ou la djihad d'un groupe ?

Aussi, un groupe de musulmans qui part pour le djihad, n'ont-ils pas besoin d'un émir pour les mener ?

Individu :

Si, si bien sûr. Un groupe de musulmans qui voyage ou part pour le djihad a besoin d'un émir. Et si un groupe de musulmans de plus de trois part pour le djihad, ils ont un besoin d'un émir.

Sheykh al-Albani :

Alors pourquoi n'avez-vous pas mentionné ceci comme une condition ?

Individu :

Bien, bien, faisons-en une troisième condition.

Sheykh al-Albani :

D'accord. Pour le djihad fard 'ayn, avons-nous besoin d'un groupe (djama'ah) ou peut-il être fait individuellement ?

Individu :

Soit l'un ou l'autre cas.

Sheykh al-Albani :

Ce n'est pas une réponse.

Individu :

Pourquoi cela ne l'est pas ?

Sheykh al-Albani :

Nous disons que le djihad est de deux types :

- fard kifayyah, que seul un groupe de musulmans peut accomplir, et si un groupe l'accomplit, le reste des musulmans n'aura pas de compte à rendre dessus. Ce type de djihad individuel peut se faire tout seul.

- fard 'ayn que tous les musulmans doivent faire dans un lieu spécifique. Pour accomplir ce type de djihad, n'avons-nous pas besoin d'un émir pour mener les musulmans ?

Individu :

Oui, nous avons besoin d'un émir pour ce groupe, qu'il combatte ou qu'il ne combatte pas.

Sheykh al-Albani :

Bien, bien. Nous revenons au fait de dire émir pour vouloir dire un Calife (Khalifah) des musulmans.

Individu :

Non, pas un Khalifah.

Sheykh al-Albani :

Pourquoi ? Est-ce dangereux de dire Khalifah ?

Individu :

Oui bien sûr, car cela veut dire que nous voulons récolter le fruit avant que nous plantions les arbres.

Sheykh al-Albani :

C'est ce que je vous vois faire. Vous dites que vous voulez un émir pour l'ensemble du groupe de musulmans pour mener le djihad et en même temps, vous ne voulez pas qu'il soit le Khalifah ! Est-ce que c'est ce que vous voulez ?

Individu :

Bien, oui.

Sheykh al-Albani :

D'accord, alors où est cet émir ? Et qui est cet émir ? Et peut-on avoir plus d'un émir ? Nous sommes maintenant sur la condition sur laquelle nous étions d'accord avant, qui est que nous avons besoin d'un émir, et tu prétends que nous avons besoin d'un émir pour mener ce djihad de groupe sans qu'il ne soit le Khalifah. Qu'avons nous d'abord, l'émir ou le djihad ?

C'est comme demander si on prie avant l'appel à la prière (al-adhan) ou après, lequel vient d'abord ?


[Après avoir polémiqué pendant un moment autour du sujet]
Individu :

D'accord, nous avons besoin d'un émir pour le djihad fard 'ayn avant de commencer le djihad.

Sheykh al-Albani :

Excellent. Alors, appelons-nous d'abord à avoir un émir, ou appelons-nous au djihad d'abord.

Individu :

Eh bien, tous les deux en même temps.

Sheykh al-Albani :

Il n'y a pas de force et ni puissance si ce n'est avec Allah (la hawla wa la qouwwata illa bi Allah)! Nous venons juste de convenir que nous avions besoin d'un émir pour le djihad fard 'ayn avant que nous commencions le djihad. La question suivante est : appelons-nous d'abord à un émir ou appelons-nous d'abord ou djihad ? Ce groupe, toute sorte de groupe a besoin d'un émir. Pour appeler à ce type de djihad, nous avons besoin d'un émir d'abord, l'émir appellera les Moudjahidines et enverra certains ici et certains là-bas.

Individu :

Bien, qu'en est-il si un groupe de musulmans lit dans le Coran ce qui a attrait au djihad et veut faire le djihad, donc ils se rassemblent pour le djihad et puis nomment un émir sur eux.

Sheykh al-Albani :

Ô mon frère (ya akhi), ce que tu es en train de décrire, est un cas de djihad fard kifayyah. Pour le fard kifayyah, c'est bon pour un petit groupe de se rassembler et d'aller faire le djihad. Pour le fard 'ayn, nous avons besoin de l'ensemble du groupe des musulmans. Comment pouvons-nous avoir l'ensemble du groupe de musulmans si nous n'avons pas un commandement unifié pour ce type de djihad ? Ce genre d'émir, je n'ai vu aucun des Moudjahidines qui y appellent. Pourquoi n'appelez-vous pas à cet émir ?

Individu :

D'accord. Alors laissez nous appeler à cet émir.

Sheykh al-Albani :

Bien. Alors quelles sont les caractéristiques de cet émir à ton avis ?

Individu :

[Cite quelques caractéristiques]

Sheykh al-Albani :

Et vois-tu un émir avec ces qualités ?

Individu :

Oui, beaucoup.

Sheykh al-Albani :
Où ?

Individu :

Partout.

Sheykh al-Albani :

Nous avons dit que nous avons besoin d'un émir pour l'ensemble du groupe, c'est-à-dire pour tous les musulmans. Comment pouvons-nous avoir plus d'un émir pour tous les musulmans ?

Individu :

[Polémique autour du sujet]

Sheykh al-Albani :

Sais-tu ce que dit le hadith de Houdheyfah Ibn al-Yaman - qu'Allah l'agrée - "fa in lam yakoun lahoum djama'ah wa la imam" à ce sujet ? Mène-t-il à la conclusion que ce djihad nécessite un Khalifah, ou à autre chose ?

[Hadith rapporté par al-Boukhari, dans Kitab al-Manaqib, sous le n°3338. Le hadith dit :

« Les gens questionnaient le Messager d'Allah - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - à propos du bien, alors que moi je le questionnais à propos du mal, par crainte qu'il ne m'atteigne. J'ai demandé : « Ô Messager d'Allah ! Nous étions dans une époque de paganisme (al-djahiliyyah), puis Allah nous a fait don de ce bien (l'Islam). Y aura-t-il après ce bien un [autre] mal ? » Il me répondit : « Oui. » Je lui demanda : « Est-ce qu'après cet autre mal, le bien reviendra ? » Il dit : « Oui, mais il y aura en ce bien des impuretés... » Je lui demanda : « Qu'est ce que ces impuretés ? » Il dit : « Des gens qui ne guideront pas dans la voie dans laquelle j'ai guidé. Tu y reconnaîtras des choses [conformes à la Loi d'Allah] et tu en ignoreras d'autres. » Je lui demanda : « Et après ce bien, y aura-t-il un mal ? » Il dit : « Oui, il y aura des prêcheurs qui appelleront vers les portes de l'Enfer. Celui qui leur répondra, ils le précipiteront en Enfer. » Je lui demanda : « Ô Messager d'Allah ! Décris-les nous ! » Il dit : « Ils sont de notre souche, ils parlent notre langue ! » Je lui demanda : « Que devrais-je faire si j'assiste à cela ? Le Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - dit : « Reste avec le groupe des musulmans et leur dirigeant. » Je lui demanda : « Et s'ils n'ont pas de dirigeant (imam) ? » Il dit : « S'ils n'ont pas de dirigeant, éloigne-toi de tous ces groupes, même s'il te faut mordre à la racine d'un arbre jusqu'à ce que la mort te saisisse. »]

Individu :

Quel est le rapport entre ce hadith et notre discussion ?

Sheykh al-Albani :

Houdheyfah - qu'Allah l'agrée- n'a-t-il pas interrogé le Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - sur ce qu'il faut faire quand il y a des prêcheurs aux portes de l'Enfer ? Le Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - a répondu qu'il doit rester avec l'imam de la djama'ah, s'il n'y a pas d'imam, alors il doit s'écarter de toutes les djama'ates (pluriel de djama'ah). Est-ce que ces conditions s'appliquent aujourd'hui ? N'avons-nous pas des gens prétendant être musulmans alors qu'ils sont des prêcheurs au feu de l'Enfer ? Le Khilafah n'est-il pas absent ?

Individu :

Je préfère discuter sur d'autres hadiths comme :

« Un groupe (ta/ifah) de ma Communauté (Oummah) sera toujours assisté par la victoire, sans se soucier de ceux qui lui nuisent jusqu'à la dernière heure. »

Sheykh al-Albani :

Qu'est-ce cela à avoir avec notre discussion ? Nous ne sommes pas en désaccord au sujet d'appeler au djihad. Nous sommes d'accord sur le fait que le djihad est une obligation aujourd'hui. Ce sur quoi nous sommes en désaccord est de savoir si nous avons besoin d'avoir un Khalifah d'abord ou non. Ce que tu as cité n'ajoute rien à la discussion. Nous sommes tous les deux d'accord sur le fait que le djihad est une obligation. Est-ce que tu comprends ? Ce sur quoi nous sommes en désaccord est de savoir si on a besoin d'un Khalifah pour commencer ce djihad.

Individu :

D'accord.

Sheykh al-Albani :

Note bien que le Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - a conseillé Houdheyfah - qu'Allah l'agrée - de s'accrocher à l'imam des musulmans et à leur groupe principal. Tu notes que toutes les conditions dans ce hadith sont vraies aujourd'hui (prêcheurs qui appellent aux portes de l'Enfer, pas de dirigeant unique, multiples groupes...).

Individu :

C'est vrai.

Sheykh al-Albani :

Et le Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - a dit que si les musulmans n'ont pas d'imam ou de djama'ah, il fallait laisser tous les groupes. Ainsi, que faites-vous maintenant ?

Individu :

Bien, nous essayons de rechercher le groupe des musulmans et de lui trouver un imam.

Sheykh al-Albani :

C'est ce à quoi nous appelons ! Le djihad est obligatoire, mais pour le moment, ce n'est pas le temps pour cela. Nous avons besoin d'abord de l'imam et c'est ce que le Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - t'a ordonné de suivre, ainsi que de t'y (à l'imam) accrocher avec son groupe.

Individu :

Comment savons-nous que nous ne pouvons pas faire le djihad jusqu'à ce que nous ayons ce Khalifah qui est en effet nécessaire ?

Sheykh al-Albani :

Le hadith dit que si les musulmans n'ont pas de chef unique, alors il faut laisser tous les groupes. Et nous avons déjà dit que le djihad fard 'ayn doit être accompli avec la djama'ah menée par un chef pour tous les musulmans, un émir. Si les musulmans n'ont pas de leader, ils doivent rester loin de tous les groupes. Comment peuvent-ils accomplir le djihad de groupe s'ils doivent rester en même temps loin de tous les groupes ? Tu contredis ce sur quoi tu es d'accord. Islamiquement, nous avons seulement une bannière, un groupe et un chef. Nous avons besoin de ce groupe unique pour commencer le djihad fard 'ayn.

Individu :
...

Sheykh al-Albani :

Maintenant, ce que je veux faire, c'est te prouver que cet émir du djihad fard 'ayn doit être un Khalifah, pas seulement un émir. La preuve (ad-dalil) est encore le hadith de Houdheyfah - qu'Allah l'agrée -. Parfois, comme tu le sais, la preuve est claire et d'autre fois pas vraiment.

Prenons l'exemple d'un sheykh conseillant son étudiant sur les directives du hadith. L'étudiant demande à son sheykh que faire pour éviter le mal. Le sheykh lui dit de s'accrocher à l'imam des musulmans. L'étudiant répond que les musulmans n'ont pas de Khalifah. Le sheykh lui conseille donc de rester loin de tous les groupes. Cet étudiant est obéissant à son sheykh et ce sheykh suit son Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui -. Qu'est-ce que cet étudiant ferait ? Il irait vivre sa vie dans une vallée s'occupant de ses moutons ou quelque chose de ce genre, adorant Allah. Où est le djihad ? Si c'était une obligation pour ce musulman de combattre, alors le sheykh lui aurait dit de se battre, et non pas de rester loin de tous les groupes. Y a-t-il un djihad ici ? Aussi longtemps qu'il n'y a pas d'imam, alors il n'y pas de djihad. Cette preuve est preuve. Le djihad doit être sous le commandement d'un imam, ou Khalifah. Mais laisse-moi te parler à propos de quelque chose qui pose des problèmes à plusieurs étudiants en science religieuse. C'est qu'il y a plusieurs groupes qui combattent comme les Afghans ou ceux en Syrie il y a 10 ans ou plus. Ces gens, s'ils veulent combattre, ils doivent être sous le commandement d'un émir. Cela ne veut pas dire que les Syriens combattent en Afghanistan et les Afghans en Syrie, non. Cela veut dire que ces deux groupes de combat doivent être sous le commandement d'un imam et un Khalifah. S'il n'y a pas imam unique et une seule djama'ah (pas dans le sens de deux groupes combattant, mais dans le sens d'un groupe avec un commandement unifié, mais qui peut être composé de plus d'un groupe de combattant qui combat chacun dans une partie du monde Islamique), les deux groupes opèreraient tout seul.

Pour faire ce djihad fard 'ayn, l'obligation des musulmans est l'unité, l'unité nécessite un Khalifah. Pour établir cette chose, nous devons commencer par l'éducation et la purification (at-tasfiyyah wa at-tarbiyyah). Nous ne pouvons pas commencer le djihad tout de suite.

Tu dis qu'il y a beaucoup de groupes pour le djihad, pourtant tous ces groupes sont en désaccord (les uns par rapport aux autres) et comme Allah dit dans le Coran (traduction approchée) :

« ... et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez vos forces.. »

Nous sommes aujourd'hui très semblable au cours d'une rivière. Ce que tu veux faire, c'est donner une légitimité à ces groupes qui sont tels al-ghouthaa (littéralement, cela signifie l'écume, mais le sens ici, c'est qu'il y a de nombreux groupes, mais dans lesquels il n'y a aucun bénéfice).

Individu :

D'accord. Alors comment cette éducation et purification mène au Khalifah ?

Sheykh al-Albani :

L'histoire se répète elle-même. Tout le monde prétend que le Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - est leur modèle. Notre Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - a passé la première moitié de son message à faire la da'wah (uniquement). Et il a commencé avec cela, pas avec le djihad. Le Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - a d'abord éduqué ses Compagnons - qu'Allah les agrée - sur une éducation islamique comme le fait de dire la parole de vérité et de ne pas en avoir peur. Il leur a également enseigné les enseignements islamiques. Nous savons que notre Islam aujourd'hui n'est pas comme il était quand Allah a révélé (traduction approchée) :

« Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion... »

Beaucoup de choses ont été en effet ajoutées (et enlevées aussi) à l'Islam, es-tu d'accord ?

Individu :

Oui, je suis entièrement d'accord. Mais il y a beaucoup de preuves dans le Coran qui montrent que le djihad est une obligation importante.

Sheykh al-Albani :

Je ne nie pas cela. Mais, ya akhi, la question est « Par où commençons-nous ? » Ma da'wah est : pour accomplir ce djihad, nous avons besoin d'un émir. Pour avoir cet émir, nous devons travailler sur la tasfiyyah et la tarbiyyah. Réfléchis à cela en toi-même, en considérant le hadith de Houdheyfah, de quoi avons-nous d'abord besoin : du djihad ou de l'émir ?

Individu :

Est-ce que quelqu'un auparavant a appelé à la tasbiyyah et à la tarbiyah avant le djihad ?

Sheykh al-Albani :

Qu'Allah te fasse miséricorde! Dis-moi quand est-ce que les musulmans n'ont pas eu un Khilafah unifié ?

Individu :

Qu'en est-il de la période de 'Ali - qu'Allah l'agrée - et Mou'awiyyah - qu'Allah l'agrée - ?

Sheykh al-Albani :

Tu veux dire que tu as un doute que 'Ali - qu'Allah l'agrée - ait eu raison et que Mou'awiyyah - qu'Allah l'agrée - ait eut tort ?

Individu :

Non, mais...

Sheykh al-Albani :

Pas de « mais »! Combien de Khoulafaa (pluriel de Khalifah) y avait-il ?

[Après un moment de discussion]
Individu :

D'accord, d'accord, un.

Un auditeur :

Pour être franc mon Sheykh, cette discussion n'aboutit à rien : si quelqu'un n'a pas une intention et une pensée pure, il ne comprendra jamais.

Sheykh al-Albani :

C'est en effet un bon conseil. Nous vivons dans une époque où un des comportements fatals s'est répandu, qui est que chacun aime sa propre opinion. Aujourd'hui, chaque personne qui lit un peu de Coran ou connaît un peu de ahkam (règles) et de ahadith pense qu'il est quelque chose dans la science, bien qu'il ne puisse lire les ahadith sans erreur, et ensuite il veut discuter tout ce qu'il voit...

Individu :

[Essaie d'interrompre]

Sheykh al-Albani :

Le temps de la discussion est fini. Je vais prendre le conseil du frère. Mon conseil aux étudiants en religion est de ne pas commencer à prêcher les gens à quelque chose qui pourrait les mener à un grand égarement.

Il devrait vérifier avec les gens de science avant d'arriver à des conclusions. C'est un des désastres de la jeunesse musulmane aujourd'hui : d'adopter rapidement des opinions sans regarder dans les opinions des Salaf et Khalaf concernant ces sujets. Je conseille aux musulmans de rechercher ceci, spécialement dans les sujets concernant le groupe comme le djihad. Le djihad est, sans aucun doute, la fierté de l'Islam et une des bases de l'Islam. Et les versets et les ahadith concernant cela sont connus par tous in sha Allah.

Mais ce djihad a ses conditions et introductions. Parmi ses conditions de base, il y a le fait que le groupe qui l'accomplit doit être d'accord pour retourner au Coran et à la Sounnah dans ses règles (ahkam). Ceci, en vérité, nécessite beaucoup de temps d'éducation, de purification de la part des savants et prêcheurs. Comme le Prophète - Paix et bénédiction d'Allah sur lui - a éduqué ses Compagnons - qu'Allah les agrée-.

Nous notons que les Moudjahidines appellent tous les musulmans quels qu'il soient à les rejoindre au combat, et quand ils vont combattre, ils trouvent des désaccords parmi eux dans les sujets de foi et des fondements de l'Islam. Comment ces gens peuvent-ils être prêt à aller au djihad alors qu'ils doivent encore comprendre ce qui leur est obligatoire dans la Croyance (al-'Aqidah) ?! Ceci, mon frère, nous amène à comprendre que le djihad n'est pas à discuter, mais nous devons discuter de ses introductions. La première introduction est, comme nous l'avons attesté avant, le Khalifah. Car si les émirs existent aujourd'hui et l'obligation dont j'ai parlé (compréhension commune de l'Islam) n'existe pas entre eux, alors ils se retourneront les uns contre les autres et se combattront. Ils doivent tous être sur une même voie (al-Minhadj) et une compréhension. Je conseille donc à chaque musulman de travailler avec le hadith de Ibn al-Yaman (Houdheyfah) - qu'Allah l'agrée -, de s'écarter de tous les groupes et de rester tout seul. Et cela ne veut pas dire de vivre isoler, non, cela veut dire ne pas rejoindre l'un ou l'autre groupe. Tu peux faire toi-même, et tous les musulmans, du bien avec ta connaissance. Ceci est un rappel et le rappel profite aux croyants.

Article tiré du blog 3ilm.char3i.net - Qu’Allah les bénisse et les récompense !

Les savants ne connaissent rien aux Djihad ? - Sheykh al-Albani

À propos

La Salafiyyah, c'est l'Islam Authentique

“Blog salafi traitant de sujets en lien avec la Religion, l'Histoire et les relations internationales.”

Rédigé par Abou 'Othman

Articles récents

Hébergé par Overblog

Tweets de @LaSalafiyyah
Tweets de @Tarikh_Islam_Fr